Home A LA UNE Entretien exclusif avec Amadou Diagne : «Le FOGECA se porte bien malgré...

Entretien exclusif avec Amadou Diagne : «Le FOGECA se porte bien malgré la pandémie du Coronavirus »

- Advertisement -

La pandémie du Coronavirus qui frappe de plein fouet l’économie mondiale depuis le mois de mars 2020 n’a pas épargné les activités du Fogeca (Forum des opérateurs pour la garantie de l’émergence économique en Afrique). Avec le dynamisme qu’on lui connait, M. Amadou Diagne qui en est le Président a développé des stratégies pour permettre à son organisation de garder la tête hors de l’eau et de poser des actions qui ont contribué à redonner espoir à des opérateurs économiques et autres acteurs du secteur privé africains. C’est du moins ce qu’il nous a confié dans l’interview exclusive qu’il a bien voulu nous accorder ce jour. Pour ce qui est de la situation qui prévaut aujourd’hui au Bénin et qui est marquée par la persistance de la mésentente entre le Président Talon et son frère Sébastien Ajavon, M. Amadou Diagne s’est dit disposé à offrir sa médiation car pour lui, « Le Bénin est un partenaire privilégié du Fogeca et ses autorités, depuis plus d’une décennie, ont toujours manifesté leur soutien et accompagnement dans les différentes activités de l’organisation ».

Bonjour Président. Comment se porte le FOGECA ?

Bonjour ! Permettez-moi d’abord de saluer vos auditeurs et lecteurs, mais aussi de remercier votre rédaction pour cet entretien.  Le Fogeca en tant qu’organisation du secteur privé africain se porte bien. Comme vous le savez, nous regroupons en notre sein plus de 500 entreprises africaines et opérateurs économiques et sommes mobilisés, plus que jamais, à démontrer notre engagement résolu à poursuivre notre action en vue de contribuer de façon significative au processus de développement de l’Afrique.

 

Moins de deux mois, après le dernier forum de Dakar s’est déclenchée la pandémie du Coronavirus. Quelle a été l’impact de cette pandémie sur les activités du Fogeca ?

Tout d’abord, je voudrais saluer la mémoire des victimes du coronavirus et prier pour le repos éternel de leurs âmes. Cette pandémie a frappé de plein fouet le monde entier et nous acteurs économiques avons bien ressenti les effets de la crise économique provoquée par cette situation sanitaire, et bien évidemment les activités du Fogeca ont dû être suspendues à un moment donné. Mais depuis quelques mois, nous sommes en train de reprendre progressivement nos actions pour être à jour par rapport à notre agenda annuel.

Vous connaissant bagarreur, je sais que vous n’avez pas baissé les bras. Quelles ont été les activités phares que vous avez menées malgré cette situation sanitaire qui a paralysé l’économie internationale ?

L’épidémie de Covid-19 a très fortement impacté sur l’activité des entreprises ; et en adéquation avec les recommandations des autorités publiques, notre organisation a pris des mesures pour maintenir l’activité d’une part et limiter les perturbations au maintien des activités d’autre part. Nous avons essayé de mettre notre expertise au service des différents plans de résilience économique et sociale mis en place par certains gouvernements africains.  Aussi, dès les premiers jours nous avons multiplié nos communications auprès des entreprises membres, en leur proposant de réorganiser les postes de travail en privilégiant, pour certains, l’alternance des équipes, tout en adoptant les mesures barrières édictées par les autorités sanitaires, pour limiter la propagation du virus, et pour d’autres d’instaurer 100% de télétravail à leurs collaborateurs.  Également sur le plan social, le Fogeca a mené quelques actions de solidarité auprès des populations vulnérables en offrant des denrées de première nécessité, des gels antiseptiques, des masques, des détergents et autres produits.

Avez-vous un message particulier pour les acteurs du secteur privé frappé de plein fouet par la Covid-19 ?

Dans ce contexte de grande difficulté, nous nous devons d’avoir une approche agile et rigoureuse pour répondre aux contraintes auxquelles nous devons faire face actuellement. Je me réjouis de constater que les acteurs économiques n’ont pas baissé les bras et je tenais à saluer leur courage et engagement de rester debout malgré la situation difficile.  En tant qu’organisation du secteur privé, nous devons, non seulement apporter notre soutien aux acteurs, mais aussi fournir les solutions qui leur permettent de reprendre progressivement leurs activités.

Quelles solutions le Fogeca leur propose-t-il ?

Pour faire face à l’épidémie de Covid-19 et ses conséquences sur l’économie africaine, les gouvernements ont annoncé un certain nombre de mesures visant à aider les entreprises fortement impactées. Ces batteries de mesure visent à soutenir et accompagner les entrepreneurs en difficulté et plusieurs solutions ont été mises en place, même si les réalités socio-économiques sont propres à chaque pays.  Un grand nombre d’entreprises africaines a subi les répercussions du coronavirus : chute du chiffre d’affaire, fermeture des commerces non alimentaires, restaurants, etc…, difficultés de production, rupture d’approvisionnement… L’urgence est donc à la solidarité et à l’action pour sauver les entreprises et les emplois. Dans cette perspective, le Fogeca a mis en place un dispositif d’information et d’accompagnement pour aider les entreprises à surmonter cette crise. Ce dispositif répond à toutes les questions sur l’organisation interne, le chômage partiel, la trésorerie, les relations fournisseurs, clients, banquiers…

Janvier 2021, c’est dans quelques mois pour le prochain forum. Le rendez-vous aura-t-il lieu ?

Oui comme vous le savez, le Forum de l’intégration économique en Afrique est une activité pérenne tenue tous les ans au 1er trimestre de l’année sur le continent. Malgré la situation, 2021 ne fera pas exception, nous comptons bien l’organiser au mois de février soit à Brazzaville, à Lomé ou à Kinshasa, comme nous avions déjà eu à le faire en 2015 à Cotonou au Bénin… Le Bénin est un partenaire privilégié du Fogeca et ses autorités, depuis plus d’une décennie, nous ont toujours manifesté leur soutien et accompagnement dans nos différentes activités. C’est pourquoi, nous suivons quotidiennement avec beaucoup d’intérêt la situation économique et politique du pays et nous pensons que tout le monde doit œuvrer pour une réconciliation totale, et travailler la main dans la main pour le développement économique et social de ce beau pays.

 

Propos recueillis par El-Hadj Affissou Anonrin

- Advertisement -

Stay Connected

16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe

Must Read

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires