Home A LA UNE Initiative d’appui à la cantine scolaire à Avrankou : L’Epp Houngon-Djinon innove...

Initiative d’appui à la cantine scolaire à Avrankou : L’Epp Houngon-Djinon innove avec la production des œufs de caille

- Advertisement -

Des initiatives de soutien au programme des cantines scolaires gouvernementales se multiplient un peu partout à l’intérieur du pays. A l’Ecole primaire publique Houngon-Djinon, dans l’arrondissement de Gbèzounmè, commune d’Avrankou, c’est la production des œufs de caille qui est retenue pour appuyer ce programme.

L’Ecole primaire publique Houngon-Djinon fait la différence. Son accompagnement aux cantines scolaires sort de l’ordinaire.  L’innovation qu’apporte cet établissement est la production des œufs de caille. Faire manger un œuf de caille par enfant. Telle est la motivation de cette école  située  dans l’arrondissement de Gbèzounmè, commune d’Avrankou, à travers son projet de l’élevage des cailles et de la production des œufs de caille.  En effet, cinq fois moins gros qu’un œuf de poule, l’œuf de caille contient cinq fois plus de phosphore, sept fois plus de fer, six fois plus de vitamines B et quinze fois de vitamines B2.  Ces bienfaits sont énormes sur la santé. Sa consommation permet à l’organisme de faire face à des maladies.  « Le choix de l’Ecole pour l’élevage de  cette volaille,  est justement pour  contribuer en apport nutritif des enfants à l’école. Les œufs  de caille  sont bien pour le développement mental des enfants », rapporte le Directeur de l’Epp Houngon-Djinon groupe A Azankpo Dagbémanbou. A travers cette initiative, l’établissement a voulu également régler un autre souci qui  est d’en finir avec l’achat à des coûts exorbitants des engrais  chimiques pour la fertilité des plants du jardin scolaire.  « Les fientes de ces cailles servent  dans la fabrication compost de bois, qui est utilisé dans le jardin scolaire », livre  le Directeur de l’Epp B Houngon-Djinon  Maxime Aniwanou. L’autre objectif poursuivi par l’école  est d’amener les enfants à l’entreprenariat. Il s’agit d’amener les enfants à s’adonner à l’élevage et de leur faire connaître que l’élevage et la production végétale constituent  une chaine et sont liés.  L’école a fait le choix des cailles, parce que son élevage ne demande pas trop d’efforts. L’ambition de l’école  est de nourrir les 400 élèves, or elle ne dispose que de 30 têtes de cailles dont 26 femelles.  Quarante  œufs produits sont en train d’être couvés  dans une structure d’une bonne volonté qui leur est venue au secours. Le nombre de cailles est donc insignifiant, pour l’heure,  pour nourrir tous les enfants. Les problèmes que rencontre l’école dans son projet de cailles et de jardin, sont énormes, ont déploré les deux Directeurs. Il s’agit, entre autres, de l’absence de moyens financiers, pour bien assurer ce projet ; le manque d’eau pour arroser le jardin qui produit une variété de légumes utilisés dans la cuisson des repas chauds aux apprenants. Malgré ces difficultés,  les  responsables de cet établissement gardent espoir.  Ils rêvent parvenir un  jour à une  grande production au niveau du jardin  et de l’élevage des cailles. Ils comptent sur l’accompagnement des bonnes volontés pour y arriver.

Victorin FASSINOU

Le Directeur de l’Epp Houngon-Djinon groupe A Azankpo Dagbémanbou devant la cage des cailles donnant des explications sur l’initiative

Pour le Directeur de l’Epp B Houngon-Djinon Maxime Aniwanou, l’un des objectifs poursuivis est d’amener les enfants à l’entreprenariat

 

- Advertisement -

Stay Connected

16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe

Must Read

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires