Home A LA UNE Lutte contre la corruption et la mal-gouvernance : Sous Talon, ça frappe...

Lutte contre la corruption et la mal-gouvernance : Sous Talon, ça frappe partout

- Advertisement -

Pour la lutte contre la corruption et la mal-gouvernance, le Chef de l’Etat, dans son discours d’investiture, s’est dit prêt à combattre le fléau. Et Patrice TALON le fait depuis bientôt cinq ans. Que l’on soit son soutien déclaré ou dans le cas d’en face.

Tout le monde y passe. Doit-on continuer de parler de lutte sélective contre la corruption et la mal-gouvernance au Bénin ? Certainement pas depuis hier, plus qu’aujourd’hui. Les derniers développements en date au niveau de la mairie d’Abomey-Calavi en disent long. Pour une affaire de mauvaise gestion d’un domaine de 39 hectares, toutes les personnes jugées coupables par le Tribunal d’Abomey-Calavi, sont déposées ou poursuivies. Dans le lot, de grands soutiens du régime de la rupture. Notamment l’ex maire Georges BADA. Ce dernier est tout simplement déposé à la prison par le juge. Plusieurs autres personnes, soutiens déclarés aux actions du Chef de l’Etat, concernées par cette affaire sont aussi déposées ou poursuivies. Il est cité le nom de Barnabé DASSIGLI, ancien ministre de la décentralisation de Patrice TALON. Il devrait, selon les informations, être écouté aussi. Son sort dépend de son implication dans le dossier et de la décision du juge. Justement, Barnabé DASSIGLI est parti du gouvernement sur une autre affaire domaniale. Ce qui a aussi conduit l’ex préfet de Cotonou, Modeste TOBOULA, en prison. Au début du mandat, l’un des artisans de la victoire de l’actuel Président de la République à la présidentielle de 2016 est passé par la case prison pour sa gestion jugée peu orthodoxe du Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB). Il s’agit de Antoine DAYORI. En déclarant qu’il était prêt à mener le combat contre la corruption et la mal-gouvernance, TALON n’a pas oublié de mentionner la condition qui va avec : l’indépendance de la justice. Car, la justice ne pouvait inquiéter ces gros morceaux du régime politique en place s’ils étaient protégés. Mais le Chef de l’Etat a donné carte blanche à la justice de son pays. Et elle tape partout. Même dans le camp du Chef de l’Etat. Ne dit-on pas que « nul n’est au-dessus de la loi » !

Promesses tenus

L’autre chose plus édifiante, qui montre la détermination du Président de la République à combattre ce fléau, c’est la période à laquelle les dernières sanctions en date sont prononcées par la justice. Evidemment, cette dernière a son calendrier. Mais on ne devrait pas perdre de vue la prochaine élection présidentielle. L’échéance est dans moins de cinq mois. Qu’il soit candidat ou pas, TALON  a quand même besoin de ces soutiens aujourd’hui emprisonnés pour lui-même ou pour « son candidat » à la présidentielle. Dans tous les cas, c’est un risque politique. Autrefois, cela ne pouvait se passer. Aujourd’hui, cela se passe. Des gens jugés proches du pouvoir politique en place sont aussi déposés en prison à travers des décisions de justice. La justice est réellement indépendante. Comme l’a promis le Chef de l’Etat. La lutte contre la corruption et la mal-gouvernance est effective, contre tout fautif. Comme l’a promis TALON.

Athanase DEWANOU

- Advertisement -

Stay Connected

16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe

Must Read

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires