Home A LA UNE Réformes sous la 8è législature : Une administration performante pour un Parlement...

Réformes sous la 8è législature : Une administration performante pour un Parlement moderne

- Advertisement -

Dans le discours d’investiture qu’il a prononcé le 27 juin 2019, le Président Louis G. Vlavonou a placé son mandat sous le signe des grands changements au niveau du Parlement béninois. Où en sommes-nous, surtout au niveau de l’administration parlementaire ?

A en croire M. Mariano Ogoutolou, Secrétaire général administratif de l’Assemblée Nationale du Bénin, « Les actions qui ont été menées au cours de la première année de cette 8e législature participent de l’ambition du Président Louis G. Vlavonou de réformer un certain nombre de choses ». « La première, , a rapport avec la gestion administrative du Parlement qui englobe la gestion des ressources humaine, financière et matérielle ». a-t-il déclaré. Partant de la malgouvernance qui a longtemps prévalu au sein de l’administration parlementaire, le Président Louis G. Vlavonou a en effet vite pris le taureau par les cornes. De façon méthodique, il a impulsé en un an une nouvelle dynamique à l’administration parlementaire pour atteindre l’un de ses objectifs qui est celui de faire du Parlement béninois, un Parlement dont l’administration est débarrassée des considérations clientélistes et soucieuse d’efficacité.  A cet effet, un point d’honneur a été mis à la restauration des normes administratives dans la gestion du personnel.

L’homme qu’il faut à la place qu’il faut

« Au sein de l’administration du Parlement béninois, c’est désormais la politique de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut avec à la clé un redéploiement qui a porté à la tête de l’administration parlementaire l’un de ses purs produits comme Secrétaire général administratif », ajoute M. Mariano Ogoutolou. « En matière de gestion de ressources humaines, il y avait vraiment un laisser-aller. Il n’y avait ni plan de carrière, ni plan de formation. Chacun allait de son côté. Mais depuis l’arrivée du Président Louis Vlavonou et à travers les commissions qui ont été créées et qui ont déjà presque toutes déposé leurs rapports, il a manifesté clairement sa volonté de doter l’administration parlementaire d’un plan de formation », poursuit-il. Parlant d’ailleurs du dernier redéploiement du personnel qui a été effectué, le Secrétaire général administratif /AN a dit qu’il répond parfaitement à l’adéquation profil et poste. «La démarche qui a soutenu ce redéploiement qui, pour la première fois, ne s’est pas passé dans les quatre murs d’un quelconque patron a été suffisamment transparente. C’est à travers la mise en place d’une commission que ce redéploiement-là a été fait. Et le rapport qui a sanctionné les travaux de ladite commission a été validé à 100% par le Président de l’Assemblée Nationale et les membres de son bureau », souligne-t-il avec satisfaction. Il ajoute que cette mobilité a permis aux fonctionnaires parlementaires de se retrouver dans leur domaine de compétence et de travailler à combler les attentes du Président de l’Assemblée Nationale du Bénin qui est de faire du Parlement béninois, un Parlement qui compte dans le concert des Nations.

Des changements au plan institutionnel

Au niveau institutionnel, le Président Louis G. Vlavonou a insufflé un nouveau souffle à l’Assemblée Nationale du Bénin avec la création de l’Institut Parlementaire du Bénin (IPAB) né sur les cendres de la Cellule d’Analyse des Politiques de développement de l’Assemblée nationale (CAPAN) pour appuyer les députés tant dans le domaine législatif, dans le domaine du contrôle de l’action gouvernementale que dans celui du renforcement de capacités des députés, des fonctionnaires parlementaires, des collaborateurs du Président de l’Assemblée et des députés. C’est vrai ! l’IPAB n’est pas encore au mieux de sa capacité opérationnelle. Elle est en train de rechercher les appuis pour pouvoir accompagner davantage les députés et le personnel parlementaire à travers des activités de renforcement de capacités dont les plus récentes sont : les ateliers organisés à Kétou courant juin 2020 au profit des assistants des commissions permanentes de l’Assemblée Nationale et les Chargés de mission et Conseillers techniques du Président de l’institution parlementaire. Avec l’IPAB, le projet de création d’une télévision pour l’Assemblée Nationale est en train de prendre corps car, c’est depuis des années que les bases ont été jetées, mais le projet n’a pas connu de grandes avancées. Toujours sur le plan institutionnel, le Président Louis G. Vlavonou a restructuré la cellule informatique de l’Assemblée Nationale. Trois sous cellules ont été créées au sein de cette cellule. Il en est de même pour la cellule chargée de la coopération interparlementaire. «Ces innovations permettent aujourd’hui à ces cellules de mieux fonctionner que par le passé », note M. Mariano Ogoutolou. L’un des points sur lesquels il convient d’insister est la création de postes de Directeurs adjoints au niveau de l’IPAB, de l’Unaceb, du Secrétariat général administratif, de la Direction du cabinet et aussi les postes d’assistants au niveau du Président, du Directeur du cabinet… Pour Mariano Ogoutolou, tous ces postes créés ont aussi contribué à changer le visage de l’administration parlementaire et de commencer par redorer le blason de cette administration qui a été surtout été mal vu par les députés et considérée comme une administration fainéante qui n’était pas vraiment apte à accompagner les élus dans leur mission.

L’esprit de corps : une réalité

En termes de satisfaction, le Secrétaire général administratif de l’Assemblée Nationale a été claire. Pour lui, la satisfaction ne peut découler que des résultats qui sont là et qui sont palpables et qui se traduisent par l’envie de cultiver entre collègues l’esprit de solidarité, l’esprit de corps qui est l’une des valeurs que prône le Président Vlavonou. « Il est important de souligner que nous avons perdu depuis quelques temps l’esprit patriotique et civique. Avec la détermination du Président Vlavonou, cette valeur que nous avions perdue depuis est revenue avec la traditionnelle montée des couleurs et surtout l’appel au patriotisme que lance la première autorité parlementaire à travers des causeries axées sur des thématiques bien choisies. Aujourd’hui, à l’Assemblée Nationale, l’empressement et l’engouement avec lesquels chaque fonctionnaire se dépêche les lundis matins pour aller à la cérémonie des couleurs est une preuve qu’on peut se satisfaire de ce qui est fait », a dit Mariano Ogoutolou pour qui, il y a une prise de conscience que le Président Louis G. Vlavonou a fait naitre en chacun des membres de l’administration parlementaire et qui amène chacun à se prendre au sérieux dans le travail qui lui a été confié.

Célérité dans le traitement des salaires et autres

Les réformes opérées par la 8e législature de l’Assemblée Nationale avec à sa tête le Président Louis Gbèhounou Vlavonou ont aussi impacté les conditions de vie du personnel parlementaire. C’est du moins ce qu’il convient de retenir du témoignage qui a été fait par M. André Odon Aro, Chef du Personnel de l’Assemblée Nationale.

« Avec la 8è législature, un grand changement a été observé au niveau du traitement des salaires. Depuis octobre 2019, on a commencé par implémenter un logiciel pour traiter les salaires du personnel. Avant, le salaire se traitait manuellement. On prenait près de deux semaines. Mais depuis qu’on a commencé par implémenter le logiciel, ce qu’on faisait en deux semaines, on peut le faire en deux jours. Il y a donc un temps record qu’on gagne », dit-il. « Aussi, depuis mai 2019, aussitôt qu’on finit de traiter les salaires, on enchaîne en même temps avec le traitement des prélèvements de la CNSS, du FNRB et de l’IPTS au point où aujourd’hui, il n’y a plus du tout de retard dans le reversement de ces fonds prélevés sur le salaire des travailleurs de l’Assemblée Nationale », poursuivit le Chef du Personnel de l’Assemblée Nationale.

« Le budget de l’Assemblée s’établit avec toutes les taxes. Avant, on ne prélevait pas les taxes, mais aujourd’hui, toute dépense effectuée entraîne systématiquement de prélèvement de taxes. Donc on peut parler aujourd’hui du respect des prélèvements fiscaux au niveau de l’Assemblée Nationale. C’est un acquis à mettre à l’actif du management du Président Louis G. Vlavonou », mentionne M. Odon Aro qui  remercie l’équipe dirigeante de la 8è législature qui a pensé à innover dans le traitement des salaires parce que ce n’est pas facile de traiter manuellement le salaire de près de 700 agents. « Toutefois, je voudrais lancer un appel pour l’équipement de la cellule informatique car nous ne sommes pas encore autonomes à ce niveau. Le serveur que nous utilisons n’a pas capacité requise pour faire le travail. Il faut aussi en permanence l’Internet » plaide le Chef du Personnel de l’Assemblée nationale

« L’innovation au plan social, a aussi souligné M. Odon Aro, c’est la création d’un bloc médical qui prend en charge la santé du personnel parlementaire à qui les premiers soins sont administrés.

 

Encadré : Louis G. Vlavonou : « un homme à l’écoute des travailleurs », selon le SG/Synapa

Dans un court entretien qu’il nous a accordé, M. Fulbert Acakpo, Secrétaire général du Syndicat autonome du personnel de l’Assemblée Nationale (SYNAPA) a fait un grand témoignage sur la personne du Président Louis G. Vlavonou. Pour lui, c’est un Président à l’écoute des travailleurs, un homme qui sait répondre aux doléances des travailleurs. Lire ci-dessous ses propos.

« Le Président Vlavonou est toujours à l’écoute des doléances du Personnel et cherche presque toujours à y trouver des pistes de solutions. Ce qui marque le volet administratif de sa gestion, c’est qu’il est le premier Président de l’Assemblée nationale à ne pas se livrer à la chasse aux sorcières. Bien au contraire, il a mis sur pied une commission pour lui faire des propositions en vue du redéploiement du personnel. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Aujourd’hui, grâce à son leadership, une équipe est en train d’élaborer le plan de formation du personnel. Ce qui augure d’un avenir professionnel radieux pour les agents administratifs du Parlement. Il a créé une cellule de passation des marchés publics; ce qui était impensable il y a quelques années à l’Assemblée nationale ».

Propos recueillis par El-Hadj Affissou Anonrin

Institut parlementaire du Bénin : Véritable laboratoire de réflexion et d’appui aux députés

Créé en septembre 2019 sur les cendres de la Capan, l’IPAB a réalisé pas mal d’activités dont les plus récentes sont le séminaire de renforcement des capacités des acteurs de la chaine de contrôle des marchés publics à Kétou, le séminaire de renforcement des capacités des assistants des commissions permanentes sur la légistique, le séminaire de renforcement des capacités des Conseillers techniques et Chargés de mission du Président de l’Assemblée Nationale…

Outre ces activités et à en croire son Directeur, El-Hadj Fatou Djima, l’IPAB a également fait valider par les députés le recueil des lois et pratiques de procédures parlementaires du Bénin qui est un document de défi décennal. L’IPAB a six unités de recherche (Voir les détails en Encadré). Pour son Directeur, il s’agit d’un véritable laboratoire pour réfléchir et éclairer les députés dans la prise et le vote des lois ; lequel vote des lois engage toute la Nation au quotidien comme dans l’avenir.

« L’IPAB lentement mais sûrement est en train d’atteindre ses objectifs puisqu’on sent au niveau des bénéficiaires de nos réflexions et des activités de renforcement de capacités, un net changement dans la célérité du traitement des dossiers. Le témoignage de ceux qui ont suivi la formation sur la chaine de passation des marchés publics en est une preuve », a dit M. Fatahou Djima.

L’Assemblée Nationale entend doter les parlementaires d’un code d’éthique et de déontologie pour leur permettre de soigner leur image par eux-mêmes vis-à-vis de leurs mandants. L’IPAD s’active déjà sur ce chantier, nous a confié son Directeur qui a également parlé de l’élaboration en vue d’un guide légistique sur la pauvreté. « Nous avons un certain nombre d’études et de recherches à réaliser en termes de politique publique qui permettront aux députés d’être éclairés dans les interventions législatives. D’autres activités sont prévues sur l’extrémisme violent. Sur ces activités, nous serons accompagnés par des partenaires. L’Assemblée Nationale à travers l’IPAB a voulu être un peu anticipatrice et préventive en organisant cette série d’activités sur l’extrémisme violent qui aboutira forcément sur des actions concrètes de sensibilisation et de plaidoyer au niveau des foyers qui seront identifiés comme potentiels creusets de développement d’actes à caractère extrémiste », a dit M. Djima Fatahou qui a confié que des évaluations seront conduites pour mesurer l’impact des activités de renforcement de capacités sur les bénéficiaires conformément à la volonté du Président Louis Gbèhounou Vlavonou qui y attache un grand prix.

El-Hadj Affissou Anonrin

 

Encadré : Présentation de l’IPAB

L’Institut parlementaire du Bénin (IPAB) a été créé par décision n°2019-70 du 24 septembre 2019 en remplacement de la Cellule d’Analyse des politiques de développement de l’Assemblée nationale (CAPAN) pour corriger l’asymétrie des moyens techniques entre le gouvernement et le parlement en dotant ce dernier des moyens, outils, techniques et expertises nécessaires à l’accomplissement de ses missions constitutionnelles.

La gestion quotidienne de l’Institut est assurée par un Directeur. A ce titre, il coordonne les unités de recherches placées sous son autorité, assure la gestion administrative de l’Institut, recherche les financements et les accords de partenariat pour financer les activités de l’institut et met en œuvre les décisions du conseil d’orientation.

  • Missions et attributions

Il a pour mission de renforcer les capacités du parlement et de faire des recherches et études en politiques de développement. Dans le cadre de l’accomplissement de sa mission, l’Institut parlementaire du Bénin  exerce les attributions suivantes :

  • Analyse et évaluation des politiques publiques et des orientations prises par le gouvernement ;
  • Renforcement des capacités techniques, organisationnelles et fonctionnelles de l’Assemblée nationale ;
  • Renforcement des capacités des députés et des fonctionnaires parlementaires dans l’exercice de leurs fonctions respectives ;
  • Renforcement des capacités de l’Assemblée nationale en matière d’analyse et du contrôle du budget de l’Etat ;
  • Amélioration des échanges d’expériences entre l’Assemblée nationale du Bénin et les parlements de la sous-région ;
  • Mise en place et suivi d’un plan de développement institutionnel favorable à la bonne gouvernance et à une meilleure utilisation des ressources au sein de l’Assemblée nationale ;
  • Appui conseil en matière de communication entre les parlementaires et leurs mandants ;
  • Développement d’un programme d’études et de recherches sur les défis conjoncturels et structurels auxquels le Bénin est confronté ;
  • Assistance technique à la rédaction des propositions de lois, de résolutions et de questions au gouvernement, de communications, de discours et de tous autres documents utiles pour les députés et l’administration parlementaire ;
  • Emission d’avis technique sur les demandes d’autorisations de ratification, les propositions de résolution et les propositions ou projets de loi;
  • Appui technique aux réseaux parlementaires, groupes interparlementaires d’amitié et aux commissions permanentes de l’Assemblée nationale.
  • Organisation

L’institut parlementaire du Bénin dispose de cinq (05) unités de recherche dont les domaines de compétence coïncident avec les attributions des cinq commissions permanentes de l’Assemblée nationale. Il s’agit de :

  • Unité de recherche en Sciences juridiques et politiques

Cette unité de recherche s’occupe au sein de l’Institut parlementaire du Bénin des activités d’étude, de recherche et de renforcement des capacités en lien avec les sciences juridiques et politiques.

  • Unité de recherche en Finances publiques et Economie

Cette unité de recherche s’occupe au sein de l’Institut parlementaire du Bénin des activités d’étude, de recherche et de renforcement des capacités en lien avec les finances publiques et l’économie.

  • Unité de recherche en Développement durable, Environnement et Climat

Cette unité de recherche s’occupe au sein de l’Institut parlementaire du Bénin des activités d’étude, de recherche et de renforcement des capacités en lien avec l’environnement, le climat et le développement durable.

  • Unité de recherche en Communication et Technologies de l’information (UR4)

Cette unité de recherche s’occupe au sein de l’Institut parlementaire du Bénin des activités d’étude, de recherche et de renforcement des capacités en lien avec la communication et les technologies de l’information.

  • Unité de recherche en Administration (UR5)

Cette unité de recherche s’occupe au sein de l’Institut parlementaire du Bénin des activités d’étude, de recherche et de renforcement des capacités en lien avec l’administration.

 

 

- Advertisement -

Stay Connected

16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe

Must Read

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires